x
Loading
+ -

Universität Basel

06. Juli 2020

Coronavirus: Le niveau de stress reste élevé pour de nombreuses personnes

Frau mit Mundschutz
Même après l'assouplissement des mesures contre la propagation du coronavirus, 40 % des participants à l'enquête se sont sentis encore plus stressés qu'avant la pandémie. (Photo : engin akyurt, Unsplash)

Bien que la peur de la population face au coronavirus ait diminué depuis la fin du confinement, 40% des personnes se sentent toujours plus stressées qu’avant le début de la pandémie. C’est ce que révèle l’analyse de l’enquête «Swiss Corona Stress Study» menée par l’Université de Bâle. La fréquence des symptômes dépressifs graves est restée à un niveau élevé comparable, même après l’assouplissement. Fait intéressant: les personnes âgées semblent moins sujettes aux symptômes dépressifs pendant la crise du coronavirus.

Les nouveaux résultats de la Swiss Corona Stress Study se rapportent à la période du 11 mai au 1er juin 2020, soit la période d’assouplissement progressif des mesures liées au coronavirus. Pendant ce laps de temps, 10 303 personnes issues de toute la Suisse ont participé à l’enquête anonyme en ligne sur coronastress.ch. Une première enquête a été menée pendant le confinement, entre le 6 et le 8 avril.

En raison de la nature de la collecte de données sous la forme d’une enquête en ligne ouverte, il ne s’agit pas, par définition, d’une enquête représentative. Toutefois, en termes de caractéristiques sociodémographiques, la population des personnes interrogées représente un large spectre de la population suisse.

Différentes réactions au stress

Comme l’a déjà démontré l’analyse de la première enquête, la crise du coronavirus provoque des réactions de stress bien différentes d’un individu à l’autre, comme le rapporte l’équipe de recherche dirigée par le professeur Dominique de Quervain:

  • 40% des personnes interrogées se sentent également plus stressées pendant la période d’assouplissement qu’avant la crise du coronavirus. Les principaux facteurs d’augmentation du stress concernent toujours les changements intervenus dans le travail ou les études ainsi que les restrictions en matière de vie sociale. Pendant le confinement, près de 50% des personnes interrogées se sont senties plus stressées qu’avant la crise du coronavirus, c'est-à-dire un peu plus que pendant la période d'assouplissement.
  • 28% des personnes interrogées n’ont signalé aucun changement dans leur perception du stress. Pendant le confinement, ce chiffre était de près de 24%.
  • 32% des personnes interrogées se sentent même moins stressées qu’avant la crise. La diminution du stress est liée chez elles toujours au temps gagné pour la détente et au soulagement apporté par la réduction des obligations professionnelles ou scolaires, mais aussi privées. Pendant le confinement, près de 26% des personnes interrogées se sont senties moins stressées qu’avant la crise du coronavirus.
nach oben